Mise à jour : 11 août 2017

WALL·E (2008)

WALL·E

4 /5 1 vote

Partager

dolphus Ajouté par Dolphus

Publicité

WALL·E: Synopsis

Au début du XXIIème siècle, la compagnie Buy-N-Large monopolise l'économie de la Terre et devient un gouvernement mondial. La surconsommation a tôt fait de transformer le monde en un dépotoir, et dans une tentative de préserver l'humanité, la société commandite un exode massif à bord de vaisseaux spatiaux. Durant les cinq ans que doit durer l'exode, la compagnie envoie des milliers de WALL-E (Waste Allocation Load Lifter-Earthclass) pour nettoyer la Terre. Mais beaucoup se désactivent, forçant les humains à rester dans l'espace. Après 700 ans, il ne reste plus qu'un unique WALL-E, qui remplace ses parties usées par celles d'autres WALL-E. Il devient ami avec un insecte, Hal le cafard, et trouve un jour une plante verte.

Une fusée dépose une sonde robotisée immatriculée EVE (Extraterrestrial Vegetation Evaluator, littéralement Évaluatrice de la végétation extraterrestre), chargée de ramener aux humains une preuve de vie sur Terre. WALL-E tombe amoureux d'EVE, lui montre sa cachette (où il a notamment sa télévision avec toujours le même programme, une chanson), et lui offre la plante lors de ses opérations de nettoyage, qui est une preuve que la vie est à nouveau possible sur Terre. La fusée qui a déposé EVE revient la chercher et WALL-E accourt pour ne pas la laisser partir. L'appareil embarque EVE puis décolle, mais il emmène aussi WALL-E accroché à sa coque.

La fusée ramène EVE, entrée en léthargie depuis qu'elle a la plante, et WALL-E, en passager clandestin, au vaisseau spatial nommé Axiom, abrité dans une lointaine nébuleuse. Ce qu'il reste de l'humanité mène ici une vie tranquille, assisté en permanence par la technologie. Du fait de leur complète passivité et dépendance envers les machines, les humains ont perdu l'usage de leurs jambes atrophiées et se déplacent désormais sur des fauteuils volants. Même le capitaine du vaisseau, B. McCrea, a laissé le contrôle de ce dernier à AUTO, le pilote automatique. WALL-E et EVE entrent dans sa salle où le capitaine apprend que si une trace de vie est placée dans le holo-détecteur, le vaisseau ira automatiquement sur la planète Terre que les humains pourront immédiatement recoloniser. Cependant, AUTO ordonne à son assistant, un robot nommé GO-4, de voler la plante et, après qu'il a accompli sa mission, EVE est considérée comme défectueuse et est envoyée au nettoyage avec d'autres robots et WALL-E, qui croit à un moment que l'on torture EVE et qui du coup fait une bêtise en voulant la sauver, provoquant la pagaille et l'évasion des autres robots en réparation. EVE et lui-même se sauvent, et ils arrivent ensemble à une salle où GO-4 place la plante, qu'il avait subtilisée à EVE, dans une capsule qui explosera dans l'espace. WALL-E entre rapidement dans la capsule et s'échappe à temps, en se propulsant dans l'espace grâce à un extincteur. Il retrouve EVE et se réconcilie avec elle…..

Aucun vote dolphus Ajouté par Dolphus

Vous ne pouvez pas voter pour votre propre rédaction

Votre vote à été modifié

Votre vote a été pris en compte

Vous avez déjà voté pour ce synopsis

  Une erreur inconnue est survenue, veuillez contacter le support pour plus de détails.

Proposer un synopsis

WALL·E: Contexte de tournage

Le film, qui se place dans le futur, suit l'histoire d'un robot nommé WALL-E, conçu pour nettoyer la Terre de ses déchets. Celui-ci va tomber amoureux d'un autre robot, nommée EVE, et la suivre dans l'espace pour une aventure qui va changer le destin de l'humanité.

Après avoir réalisé Le Monde de Nemo, Andrew Stanton a senti que Pixar était capable de créer des simulations réalistes de la physique sous-marine et a donc voulu réaliser un film se déroulant en grande partie dans l'espace. La plupart des personnages ne disposent pas de voix humaines réelles, mais s'expriment uniquement avec des gestes ou des sons robotiques, conçus par Ben Burtt, qui ressemblent à des voix. En outre, WALL-E est le premier long métrage d'animation de Pixar à contenir des scènes en prises de vues réelles.

Dans la tradition de Pixar, un court-métrage est présenté avant chaque film. Cette fois-ci, c'est Presto, mettant en scène un prestidigitateur (ressemblant beaucoup au personnage de l'avocat Talon Labarthe dans Ratatouille), son chapeau magique et son lapin.

À l'instar de ce qui a été fait dans les génériques de fin de 1001 pattes, Toy Story 2 et Le Monde de Nemo, ou dans le film Monstres et Cie, des personnages des autres productions Pixar ont servi dans une bande-annonce pour le film diffusée pendant le Super Bowl dans laquelle Buzz et Woody, héros de Toy Story, regardent le match à la télévision tout en discutant de WALL-E.

Dans WALL-E le code signalant la découverte de végétation sur Terre à bord du vaisseau Axiom est A-113. L'origine ce chiffre est le numéro d'une classe de CalArts. Brad Bird l'a utilisé sous la forme A1-13 dans la plupart des productions auxquelles il a participé, que ce soit Les Simpson ou les films de Pixar.

Le film WALL-E est émaillé d'allusions ou références à de nombreux éléments culturels des sociétés contemporaines.

Le film emprunte deux thèmes musicaux à 2001, l'Odyssée de l'espace de Stanley Kubrick : Le Beau Danube bleu lorsque le capitaine McCrea utilise une machine pour prendre un café, et Ainsi parlait Zarathoustra lorsqu'il se relève et marche pour la première fois. De plus, le pilote automatique possède un « œil unique rouge » semblable à celui de HAL, l'ordinateur central du vaisseau dans le film de Kubrick.

Dans le film, une phrase de présentation de l'Axiom, Space, the last fun-tier, est assez proche des premiers mots du générique de la série Star Trek : Space, the final frontier.

Lorsque WALL-E s'accroche à la fusée emportant EVE, il est percuté par un satellite ayant la forme d'un Spoutnik.

Le vaisseau Axiom est caché derrière un nuage stellaire évoquant les « Piliers de la création » de la Nébuleuse de l'Aigle.

La vidéocassette que regarde WALL-E à plusieurs reprises est le film Hello, Dolly!, notamment les numéros musicaux Put On Your Sunday Clothes et It Only Takes A Moment.

Les allocutions télévisées du Président Shelby Forthright rappellent celles passées par le Président des Etats-Unis en direct de la Maison-Blanche.

Andrew Stanton, le réalisateur du film, désirait un design compact et sans discontinuité pour le personnage d'EVE ; l'analogie avec le design du playbook d'Apple le frappa et le designer de la firme, Jonathan Ive, fut consulté pour la création de ce personnage.

Le son qu'émet WALL-E, une fois sa recharge énergétique terminée, est similaire à celui des ordinateurs Macintosh lors de leur mise en route, et WALL-E utilise un iPod pour regarder des vidéos. Pendant ses temps libres, il joue à Pong, un des premiers jeux vidéo édité par Atari, sur une Atari 2600, entreprise qui fut le premier employeur de Steve Jobs.

Le capitaine McCrea déconnecte le pilote automatique de l'Axiom d'une manière rappelant le geste de l’actrice dans la publicité de lancement du premier Macintosh, lorsqu'elle projette un marteau dans l'écran du Big Brother, en référence à la publicité 1984.

Aucun vote dolphus Ajouté par Dolphus

Vous ne pouvez pas voter pour votre propre rédaction

Votre vote à été modifié

Votre vote a été pris en compte

Vous avez déjà voté pour ce contexte de tournage

  Une erreur inconnue est survenue, veuillez contacter le support pour plus de détails.

Proposer un contexte

Casting: WALL·E

Connectez-vous pour éditer les champs

Aucune donnée ou modification à traiter
Veuillez entrer ou sélectionner une valeur