3 mars 2017

Echos d'Anima à Flagey, jusqu'au 05 Mars

Gilles Moins



Deux tables, douze chaises, douze assiettes et un … « Petit Chef » qui nous sert unesoupe de poissons, une grillade et unedame-blanche… Mais tout, ici, n’est, malheureusement pour les gourmets, quevirtuel, et tant pis pour ce garçon qui tentait, en vain, de déguster sa crème glacée…  Tant pis, aussi, pour les mésaventures du « Petit Chef » évoluant sur la nappe et servant, tant bien que mal son menu, avant de disparaître dans l’eau froide de la banquise ou d’être emporté par la nappe, qu’une bougie d’anniversaire a incendiée!!! … Quelle« succulente » idée du réalisateur Filip Sterckx et du peintre-galeriste Antoon Verbeeck,créateurs, en 2010, du collectif « Skullmaping« , trois « mapping videos » à découvrir au second étage de « Flagey », dans le cadre du 36ème Festival « Anima », jusqu’au 05 mars, cette animation, en boucle, toute la,journée, étant libre d’accès pour tous… Et n’oublions pas, au fond de cette petite salle, de découvrir « My Orca », une courte installation vidéo évoquant, d’une manière originale, la relation entre un orque et un enfant.


Le petit chef


Un étage plus haut, passons à la virtualité en 3 Dà 360°, avec le « Festival Expérience »(« Brussels Virtual Reality Festival »), qui nous invite à sa deuxième édition, du 23 au 26 juin, aux Cinémas « Galeries » et « UGC-De Brouckère » (cfr. www.ugc.be/ experience-festival.html), en nous présentant quelques-unes de ses réalisations, pour la première fois dans le cadre d’ « Anima », et ce par petits groupes de dix personnes de tous âges, les séances de près d’une heure se déroulant toutes les heures, de 16h à 21h, étant coiffés d’un casque(nommé « occuli ») et d’écouteurs.


Mais si nous sommes assis sur une chaise, nous voici assis dans une barque, voguant sur unerivière asiatique, des gens nous regardant, debouts sur deux pontons, des cerfs volants nous survolant… Et hop, un chien saute sur notre barque, tournant sa tête à gauche, puis à droite, regardant, comme nous, qui bénéficions d’une vue à 360°, les arbres qui, maintenant, nous entourent, des exocets (poissons volants) nous frôlant… D’autres courts-métrages en 3D, à 360°, se succèdent, allant d’un conte de Noël coloré à l’ambiance carcérale d’une cellule d’isolement, du joyeux « Jingle Bell » de James Pierpont, aux neuf longues minutes de bruits etcris réellement enregistrés dans une prison américaine… Nous pourrons, aussi, évoluer dans lagalaxie ou, étant debouts, cette fois, être frôlés par une danseuse « intouchable », carvirtuelle… Une expérience, coiffés d’un casque (nommé « occuli ») et d’écouteurs, que nous pouvons vivre sur réservation, au prix d’une séance.


Seoul Station


« Seoul Station »
(c) « Splendid Film »


Bien sûr, « Anima » nous propose, avant tout, en projections classiques, ses nombreux filmscourts et longs, allant des dessins animés récents pour enfants, tels « Lego Batman » (Chris McKay/USA/2017/90’/dès 6 ans), ce vendredi 03, à 15h45, et ce dimanche 05, à 13h45, ou « Vaiana, la Légende du Bout du Monde » (Ron Clements & JohnMusker/USA/2016/113’/dès 6 ans), … à un étonnant film en compétition,« Seoul Station » (Sang-ho Yeon/Corée du Sud/2016/92’/dès 16 ans), qui, avec ses centaines de vampires, serait digne de figurer au programme du « BIFFF » (« Brussels International Fantastic Film Festival »), un long-métrage à suivre jusqu’à la dernière image, tant celle-ci surprendra nombre de spectateurs. Bien loin des « Mickey » ou autre « Cendrillon », de Walt Disney, ce film coréen est à découvrir ce vendredi 03, à 22h.


25 avril


« 25 Avril » (c) « K5 Media Group gmbh »


A noter qu’ « Anima » accueille, aussi, des documentaires, tel le long-métrage « 25 Avril » (Leanne Pooley/N.-Z./2015/85’/dès 12 ans/déjà projeté le 27 février), qui nous replonge en 1915, basé sur des photos et lettres de soldats et infirmières ayant participé à la campagne de Gallipoli, dans le détroit des Dardanelles, opposant les Allemands et lesTurcs aux Britanniques, assistés des Australiens et Néo-Zélandais. Endocumentaires toujours, mais en courts-métrages, ce vendredi 03, à 17h45, « Best of Shorts 7 », programmera sept films, nous venant desept pays différents (Allemagne, Autriche, Etats-Unis, France, Hongrie, Pologne et Seychelles).


Très internationale, également, la « Nuit animée », ce samedi 04, qui scintillera tant à Ixelles(« Flagey »), qu’à Liège (« Le Parc ») et  Namur (« Caméo »), avec trois programmes de courts-métrages (provenant de 16 pays, issus de 4 continents: Canada, Etats-Unis, Israël, Japon, Nouvelle-Zélande, Allemagne, Belgique, Danemark, Estonie, France, Pays-Bas, République tchèque, Royaume-Uni, Pologne, Slovaquie et Suisse), qui vont nous mener aux petites heures, avec un parcours garanti sans lignes droites. Au menu, florilège d’humour et d’ironie, un peu de trash, de la musique, de l’inattendu et un hommage à l’affiche de cette année, avec quelques touches psychédéliques. Au total des trois programmes, accessibles dès 16 ans, nous aurons 44 courts-métrages, de 25? à 13’30, à découvrir (1ère sélection: 14 films en 67?, 2ème: 15 films en 73?, et  3ème: 15 films 75?).


La Jeune-Fille sans Mains


« La Jeune-Fille sans Mains » (c) « Pyramide International »


Pour en revenir à la programmation de « Flagey », ce jeudi 02, à 20h15, une soirée rencontre, en collaboration avec l ‘ « ASA » (« Association des Scénaristes de l’Audiovisuel »), avec « La Jeune-Fille sans Mains » (Sébastien Laudenbach/Fra./ 2016/ 73’/dès 16 ans), la projection étant suivie d’une rencontre d’environ une heure avec leréalisateur, le modérateur étant un scénaristeChristophe Beaujean. Réalisé à budget réduit, ce film phénomène, qui a séduit lescinéphiles d’un peu partout dans le monde, nous conte l’épopée d’une jeune femme vendue au diable… Tout un programme! …


Belladonna


« Belladonna »
(c) « Eurozoom »


Retenons encore, pour ceux qui n’ont pas pu le voir, le superbe film d’Ouverture, « Louise en Hiver » (Jean-François Laguionie/ Fra.-Can./2016/75?), sera à nouveau projeté ce jeudi 02, à 19h30, et  « Belladona » (Eiichi Yamamoto/Japon/1973/89’/dès 16 ans), un chef d’oeuvre de l’animation japonaise, qui, étant projeté ce samedi 04, à 19h30, en version restaurée, 44 ans après sa réalisation, continue d’alimenter les fantasmes, par sa sensualité, à l’époque audacieuse de l’ère psychédélique… Synopsis« Jeanne, abusée par le seigneur de son village, pactise avec le Diable dans l’espoir d’obtenir vengeance. Métamorphosée par cette alliance, elle se réfugie dans une étrange vallée, la Belladonna… »


Fête de Clôture


Fête de Clôture (c) Angélique Vecray Lumin


Enfin, le dimanche 5, à 17h45, une projection (66’/dès 16 ans), à ne pas manquer, celle de cinq courts-métrages primés dans de grands Festivals européens, dont « Yùl et le Serpent » (Gabriel Harel/Fra./2015/13’11 »), le lauréat du« Cartoon d’Or » 2016, cette séance étant programmée sous ce même label. Sortant de la salle, libre à nous, à 19h., de nous rendre dans le hall, pour assister à une« Fête de Clôture » (reprise dès 22h30), sous la forme d’une animation « live » de Vincent Evrard, Harold Hémon et Simon Medard, qui, ayant rassemblé dias anonymes et images d’archives, les ressusciteront en unkaléidoscope vivant et hypnotisant, sur une musique de « Psoman ».


Viendra le grand moment, le dimanche 05, à 19h30, celui de la« Cérémonie de Clôture », avec sa traditionnelle remise de Prix, le« Grand Prix Anima 2017 » étant éligible aux « Oscars ». Alors qu’à 22h30, une sélection de films primés sera projetée en Salle 5, en Salle 4, après que tous les lauréats aient reçus leurs prix, nous assisterons, en présence de son réalisateur, à la projection du film de clôture d’ « Anima »2017, « Ethel et Ernest » (Roger Mainwood/U.K.-Lux./2016/94’/dès 10 ans), une peinture sociale au ton doux-amer, décrivant l’histoire du siècle au Royaume-Uni, les tensions entre classes, la « Grande Dépression », la « Seconde Guerre mondiale », la télévision, la conquête de l’espace et l’incroyable évolution des mœurs de l’après-guerre.


Ethel et Ernest  Ethel et Ernest


« Ethel et Ernest » (c) « Lupus Films


Synopsis: « Ethel, une jeune gouvernante rangée, rencontre Ernest, un laitier plutôt progressiste : le charme opère et ils se marient à Londres en 1928. En 1934, ils donnent naissance à un fils et traversent, bien malgré eux, les soubresauts de l’histoire du 20ème siècle… »


Prix d’accès: pour 1 séance ou 1 conférence (sauf pour la « masterclass »): 8€ (7€ pour les – de 26 ans, + de 60 ans, demandeurs d’emploi,  membres des Clubs « Vif »« Knack »« Le Soir », d’« Oko-sectorpas », de la « Ligue des Familles » et de « De Bonde »). Chèques« Culture »« Paspartoe Armoede » et « Cultuurwaardebons » acceptés, 30? avant le début de la séance ou de la conférence. Pour 5 séances ou conférences, « Minipass »:(non nominatif, pouvant être utilisé pour plusieurs personnes à la même représentation, prix unique): 28€. Pour toutes les séances (y compris celles de la « Nuit Animée ») ou conférences (à l’exception de la « Masterclass »), « Passeport Anima » (nominatif, prix unique): 65€. Pour les 3 séancesde la « Nuit animée » (prix unique): 15€. Programme complet avec les synopsis de tous les films gracieusement offert à l’accueil et sur www.animafestival.be. A noter, qu’endécentralisation outre à Liège et à Namur, déjà citées, d’autres villes accueillent des projestions d’ « Anima », à savoir: Antwerpen, AthGenkGentLeuven et Mons.


Yves Calbert.